Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Analyse du budget de l’Ontario de 2022

Alors que les élections en Ontario approchent à grands pas, le gouvernement cible les dépenses, principalement en matière de soins de santé et de projets d’infrastructure, dans son budget de 2022 déposé la semaine dernière.

Bien que nous ayons vu des investissements prévus dans des secteurs identifiés par Centraide de l’Est de l’Ontario comme étant des priorités sur lesquelles la province devrait se concentrer pour aider nos communautés alors que nous émergeons de la pandémie, nous croyons qu’il y a eu des occasions manquées.

Ici, nous examinons en profondeur la façon dont le budget prévoit investir dans les secteurs qui ont un besoin urgent de soutien dans nos communautés locales, et où nous devons continuer à travailler ensemble pour combler les lacunes critiques.

Par Preeti Prabhu, directeur principal des politiques publiques, du gouvernement et des relations avec les intervenants, Centraide Est de l'Ontario

Nous avons tous besoin d’un endroit sécuritaire et sain où vivre, apprendre, travailler et nous épanouir. Le logement est l’un de nos besoins humains les plus fondamentaux et, sans lui, il est presque impossible de rester en santé. Des organismes communautaires comme Centraide militent en faveur d’un plus grand nombre de logements abordables, en particulier dans les communautés rurales, et en faveur de l’équité pour les populations qui le méritent.

Le gouvernement de l’Ontario prévoit investir environ 64,2 millions de dollars dans des initiatives liées aux logements abordables en 2022.

De cette somme, plus de 45 millions de dollars sont destinés au nouveau Fonds pour la simplification du processus d’approbation des demandes d’aménagement afin d’aider les 39 plus grandes municipalités de la province à moderniser, à simplifier et à accélérer les processus de gestion et d’approbation des demandes de logement. Le gouvernement fédéral a fait des pressions semblables pour obtenir un soutien rapide en matière de logement, mais les besoins en matière de logement abordable sont tellement grands dans notre région qu’il faut en faire davantage.

Bien que les projets de logement et d’infrastructure représentent une part importante du budget de cette année, le fait de laisser la responsabilité du logement au marché privé peut exclure les plus vulnérables, qui sont souvent des locataires avec très peu de choix. L’établissement de processus permettant la participation du secteur sans but lucratif et du secteur communautaire aurait créé des parcours d’accès au logement plus durables et plus équitables.

Les résidents des régions rurales de l’est de l’Ontario sont isolés et ont de la difficulté à accéder à des services de base comme l’accès à la nourriture et le transport, alors que la pandémie se poursuit.

Nous savons que le fait d’investir dans l’amélioration de la distribution alimentaire pour les résidents ruraux à mobilité réduite, de renforcer la capacité des entreprises locales et du secteur agroalimentaire à trouver des solutions abordables et durables aux déserts alimentaires et d’améliorer la mobilité grâce à la prestation de services de transport abordables et fiables contribuera grandement à répondre aux besoins de base des résidents ruraux. La province espère renforcer sa chaîne d’approvisionnement alimentaire au cours de la prochaine année grâce à un fonds de 10 millions de dollars pour la sécurité alimentaire et la chaîne d’approvisionnement.

Le gouvernement de l’Ontario a également dépensé environ 1,4 milliard de dollars depuis 2019 pour soutenir l’accès à Internet haute vitesse dans chaque communauté de l’Ontario (un plan qui se poursuivra jusqu’en 2025), et il a annoncé en mars dernier qu’il investirait 71 millions de dollars dans le Réseau régional de l’Est de l’Ontario pour améliorer le service cellulaire.

Au cours des deux premières années de la pandémie, Centraide de l’Est de l’Ontario a constaté un besoin croissant d’appareils électroniques et d’une bande passante améliorée, en particulier dans les communautés rurales et éloignées. Nous nous réjouissons de l’engagement du gouvernement à soutenir l’accès à Internet haute vitesse comme mesure pour combler le fossé numérique.

En travaillant avec des partenaires communautaires dans les communautés à risque élevé, nous avons rapidement reconnu que la COVID-19 causait des perturbations continues dans les écoles et avait un effet négatif sur l’apprentissage des enfants et des jeunes de notre région.

Le budget prévoit un investissement de 600 millions de dollars dans le cadre du Plan d’action pour la reprise de l’apprentissage des élèves afin d’aider les élèves à se remettre des perturbations causées par la pandémie de COVID-19 jusqu’en 2023, ce qui comprend 175 millions de dollars pour élargir l’accès au tutorat gratuit et financé par l’État en petits groupes après l’école, pendant l’école, durant les fins de semaine et pendant l’été.

Nous sommes heureux que le gouvernement investisse dans des programmes parascolaires fondés sur des données probantes afin de favoriser à nouveau la mobilisation des enfants dans leur apprentissage et dans le développement de leur bien-être social. Nous avons tous été témoins des effets des perturbations dans les salles de classe et de l’apprentissage à distance sur la perte d’apprentissage, ainsi que sur le développement social des enfants.

Nous savons qu’il y aura des répercussions à long terme sur la santé mentale des enfants, des jeunes et des adultes qui ont vécu de longues périodes d’isolement et qui signalent de piètres résultats en matière de santé mentale en raison de la pandémie.

Le gouvernement prévoit investir 204 millions de dollars pour élargir et mettre en œuvre des solutions novatrices et pour améliorer l’accès aux services liés à la santé mentale et à la toxicomanie.

Bien que le budget ne soit pas trop précis, nous savons que des mesures intégrées et exhaustives de soutien en santé mentale et en situation de crise améliorent les résultats en matière de santé dans l’ensemble et que des programmes accessibles et adaptés à la culture aident à régler les problèmes avant qu’ils ne deviennent des crises.

Nous avons demandé au gouvernement provincial d’investir dans des programmes communautaires, pour des enjeux comme la capacité du personnel, l’équité salariale ainsi que l’infrastructure technique et opérationnelle pour les services de soins de santé sans but lucratif pour une reprise durable et à long terme.

La pandémie a entraîné une augmentation de la violence fondée sur le sexe, car les femmes et leur famille sont devenues plus isolées et ont eu moins d’occasions de demander de l’aide pendant le confinement. Le manque de logements abordables a ajouté aux pressions que ces familles ont subies. Il est donc décevant de constater qu’aucun investissement n’a été fait pour s’attaquer à ces problèmes, en particulier la nécessité d’investir dans l’infrastructure, les stratégies en matière de logement abordable et les ressources en personnel, y compris des fonds supplémentaires pour l’expertise du personnel afin d’administrer les refuges et les services de soutien pour les personnes fuyant la violence fondée sur le sexe.

La hausse du coût de la vie, l’insécurité en matière d’emploi et d’autres circonstances liées à la pandémie continuent d’avoir une incidence disproportionnée sur le bien-être financier et l’emploi des Autochtones, des femmes vulnérables, des jeunes, des nouveaux arrivants, des communautés racialisées et des personnes handicapées.

Pourtant, un salaire annuel inférieur au salaire minimum actuel de 15 $ l’heure (avant impôt) s’élève à 29 250 $, ce qui est nettement inférieur à ce qui est nécessaire pour atteindre un salaire vital dans notre région. En vertu du nouveau salaire minimum de 15,50 $, une personne gagnerait 30 225 $. Ces chiffres ne correspondent pas à ce qu’on estime être un salaire vital à Ottawa (18,60 $ l’heure), dans le comté de Lanark (18,25 $ l’heure), dans le comté de Renfrew (17,40 $ l’heure) ou dans les comtés unis de Prescott et Russell (17,15 $ l’heure).

Le budget a toutefois annoncé un milliard de dollars par année pour des programmes d’emploi et de formation visant à favoriser la mobilité socioéconomique ascendante.

Bien que la province ait affecté 4,89 milliards de dollars à la relance économique, nous avions espéré voir plus de tactiques, comme l’incitation à la mise en œuvre de politiques d’approvisionnement social dans les ministères et dans le secteur privé, qui offrirait un soutien au renforcement des capacités des entreprises sociales et favoriserait les entreprises locales.

Nous continuerons de chercher des occasions comme les ententes sur l’approvisionnement social et les retombées locales dans le cadre des projets d’infrastructure à grande échelle proposés par l’Ontario.

Les aidants naturels continuent de connaître des niveaux élevés d’épuisement. Les soutenir est non seulement logique sur le plan économique, mais cela aide aussi les personnes vulnérables à obtenir les soins qu’elles méritent dans le confort de leur foyer pendant plus longtemps.

Nous sommes heureux de voir qu’un milliard de dollars seront consacrés aux soins à domicile au cours des trois prochaines années. Le financement vise à soutenir les fournisseurs de soins à domicile, à faire face à la hausse des coûts et à appuyer le recrutement et la formation, ainsi qu’à élargir les services aux personnes prises en charge.

La province prévoit également mettre de côté 100 millions de dollars de fonds supplémentaires au cours des trois prochaines années pour élargir les programmes de soins communautaires comme les programmes de jour pour adultes, les services de repas, le transport, les services d’aide à la vie autonome et le soutien aux aidants naturels.

Pour soutenir les personnes atteintes de démence et leurs aidants naturels, le gouvernement prévoit investir 5 millions de dollars de plus par année pendant trois ans.

  • Un montant de 25 millions de dollars sur trois ans pour soutenir les communautés autochtones, notamment en fournissant aux entreprises et aux entrepreneurs autochtones un fonds de roulement pour assurer la poursuite des activités commerciales.
  • Réduire les frais de garde d’enfants pour les parents en signant une entente de 13,2 milliards de dollars avec le gouvernement fédéral le 28 mars 2022, une étape importante vers l’atteinte d’une moyenne de 10 $ par jour d’ici septembre 2025 (la province investissant 395 millions de dollars de plus pour couvrir les coûts de l’inflation).
  • Investir 45,2 millions de dollars sur trois ans dans des programmes axés sur l’intervention précoce et l’accès à des services de santé mentale spécialisés offerts par des cliniciens qui tiennent compte des traumatismes chez les premiers intervenants.
  • Un montant supplémentaire de 25 millions de dollars en 2022-2023 pour poursuivre le financement ciblé dans 17 communautés hautement prioritaires qui ont été les plus touchées par la COVID-19, avec un nombre de cas plus élevé et des taux de dépistage plus bas.
  • Élargir l’octroi de diplômes collégiaux et universitaires pour aider à constituer un bassin de diplômés prêts à l’emploi dans les domaines appliqués et permettre aux étudiants d’acquérir les études, l’expérience et les compétences nécessaires pour entrer plus rapidement sur le marché du travail.
  • Pour veiller à ce que les personnes âgées à faible revenu, les personnes handicapées et les autres personnes vulnérables aient accès aux articles essentiels dont elles ont besoin, le gouvernement prévoit investir 5,5 millions de dollars de plus dans le Programme de soutien aux communautés de l’Ontario, portant l’investissement total du gouvernement à environ 22 millions de dollars.

Bien que nous reconnaissions les investissements clés dans le logement, les soins à domicile et la formation axée sur les compétences, nous aurions aimé voir un financement plus précis pour les programmes et les mesures de soutien liés à la violence fondée sur le sexe, aux personnes handicapées, aux personnes LGBTQ2S+, aux Autochtones (au-delà des mesures de soutien économique et des mesures de soutien à l’éducation limitées), aux Noirs et aux autres Ontariens racialisés, et au secteur social.

Dans notre région, la coalition Ici, pour tous a déterminé que les incidents de haine et de violence motivés par la race constituent un problème croissant dans les communautés que nous servons, et qu’il faut investir dans des stratégies qui s’attaquent aux causes profondes. Nous avons été déçus que le budget ne tienne pas compte de ce problème croissant.

Le budget a également raté l’occasion d’encourager des pratiques comme les ententes sur les retombées locales et l’investissement dans des services de soins sans but lucratif pour les communautés vulnérables.

Et maintenant ?

Alors que les besoins en services sociaux montent en flèche dans notre région, Centraide de l’Est de l’Ontario poursuit son travail pour s’assurer que les services essentiels sont accessibles rapidement, équitablement et de n’importe où, que le soutien est offert à tous les résidents, peu importe leur âge, leur race, leur identité de genre ou leurs croyances religieuses, et que les injustices sociales soient réprimées et traitées à la source.

De nombreux défis nous attendent, mais nous continuerons de faire le suivi des terres financées par la province et de la façon dont elles sont distribuées aux personnes les plus vulnérables de nos communautés.

Il y a beaucoup à faire et nous avons hâte de poursuivre notre travail avec les responsables de tous les paliers de gouvernement, en priorisant les politiques nécessaires pour répondre aux besoins de nos communautés.

 

CATÉGORIES
DERNIÈRE MISE À JOUR

Partagez

Share
Tweet
Post
Email

Histoires semblables

Le gouvernement du Canada a déposé son budget 2024 le 16 avril dernier. Consultez notre analyse pour découvrir ce que cela veut dire pour les services sociaux et les personnes dans le besoin dans l’Est de l’Ontario.

M’abonner au bulletin d’information

Obtenez des histoires de réussite directement dans votre boîte de réception! Demeurez à l’affût de l’effet positif de Centraide et de son actualité en vous inscrivant à notre bulletin d’information mensuel.

Ce site est protégé par reCAPTCHA. Les modalités et la Politique de confidentialité de Google s’appliquent.