Menu

Conseils et vérité

2 MIN READ

Pour Amin, grandir dans une famille traditionnelle musulmane ismaïlienne voulait dire fréquenter la Mosquée régulièrement et non d’avoir des discussions sur le fait d’être gai.

Amin et sa famille sont originaires de l’Ouganda. Lorsqu’Amin était âgé de six ans, sa famille et lui ont été forcés de quitter leur demeure. Ils sont immigrés au Canada en 1972, comme réfugiés. Sa famille a eu de la difficulté à s’adapter à la nouvelle culture.

« Je n’ai jamais vraiment eu de sentiment d’appartenance, dit-il, en ajoutant que sa famille déménageait fréquemment pour se trouver un emploi et qu’il avait de la difficulté à se faire des amis à l’école. Lorsque les gens m’appelaient un ʺPakiʺ, je savais ce qu’ils voulaient dire, mais lorsqu’ils me traitaient de ʺgaiʺ, je n’en avais aucune idée. »

« C’était quelque chose à quoi ma famille n’était pas exposée. Nous n’avions jamais rencontré quelqu’un qui était ouvertement gai, dit-il. Nous n’avions jamais discuté de ce qu’être différent voulait dire. »

Ce sont ceux qui lui tiennent à cœur qui lui ont permis de continuer d’avancer : « mes cousins, mes tantes et mes oncles… nous nous appuyions les uns les autres. »

Amin donne le crédit à son milieu de travail inclusif, ainsi qu’à ses collègues et ses mentors solidaires et bienveillants de la Banque TD. Grâce à eux, il a pu sortir du placard au début de la trentaine.

« Pour eux, je suis qui je suis et cela me rend heureux, » dit-il.

C’est seulement lorsqu’un espace sécuritaire a été créé au travail qu’Amin a été en mesure de le dire à sa famille, des gens qui l’avaient toujours cru hétérosexuel.

En tant que réfugiés, Amin et sa famille avaient accès à des services d’établissement offerts par des partenaires de Centraide, ce qui a facilité leur transition au Canada. Des décennies plus tard, lors de sa sortie du placard, Amin a de nouveau obtenu de l’aide par l’entremise d’un groupe LGBTQ+ financé par Centraide.

Amin dit qu’il est important d’avoir les ressources nécessaires pour appuyer la communauté LGBTQ+ tout au long de son parcours.

« Que vous soyez homosexuel, hétérosexuel ou transgenre, vous devrez toujours faire face à des défis, et il est important de persévérer, dit-il. Le seul conseil que je pourrais donner aux autres qui font face à une situation semblable est de discuter avec une personne ou un membre d’un organisme communautaire qui peut vous aider à trouver votre chemin. »

Chemin vers la fierté amasse des fonds pour des programmes clés de la région qui soutiennent les enfants, les familles et les personnes âgées de la communauté LGBTQ+. Les fonds financeront les programmes du projet Ten Oaks, de Service à la famille Ottawa et du Réseau fierté des aîné(e)s d’Ottawa.

CATÉGORIES
DERNIÈRE MISE À JOUR

Partagez

Partager sur facebook
Share
Partager sur twitter
Tweet
Partager sur linkedin
Post
Partager sur email
Email

Histoires semblables

Penelope affirme qu’en grandissant, elle ne s’est jamais sentie comme un garçon. Aujourd’hui, elle exprime sa véritable identité grâce à un projet local spécial.

M’abonner au bulletin d’information

Ce site est protégé par reCAPTCHA. Les modalités et la Politique de confidentialité de Google s’appliquent.