Menu

À l’appui des aînés LGBTQ+

2 MIN READ

Grandir dans les années 1950 était un défi pour Brian. Il vivait dans « une ville ouvrière dure » et l’intimidation était trop commune dans sa vie.

Très tôt, il s’est senti attiré par les hommes. Il s’est dit que ce sentiment allait s’amoindrir lorsqu’il aurait rencontré et marié la femme qu’il aime.

Dans sa vingtaine, lorsqu’il visitait son grand-père à l’hôpital, Brian a découvert une édition de 1964 du magazine Life, dans lequel on avait publié un article intitulé « L’homosexualité aux États-Unis ». Il apprenait alors, pour la première fois, qu’il n’était pas seul.

« On ne parlait pas d’homosexualité, dit Brian. Je ne savais pas que ce genre de chose existait, encore moins que quelqu’un pouvait être homosexuel. »

Plusieurs années plus tard, Brian a rendu visite à un de ses amis à Toronto. Il a remarqué, sur sa table basse, une copie de Body Politic, magazine à l’attention de la communauté LGBTQ+ canadienne. Brian ignorait que son ami était homosexuel. C’est à ce moment-là qu’il a pu sortir du placard et partager son secret avec quelqu’un.

« C’était un immense soulagement. Enfin, une personne que je connaissais, estimais et considérais un ami était homosexuel, dit-il. Je pouvais à présent discuter avec lui de quelque chose de très personnel, de qui je suis. »

Aujourd’hui, Brian fait du bénévolat pour aider les aînés de la communauté LGBTQ+ d’Ottawa qui font face à des défis uniques, comme l’isolement et la discrimination.

Il mentionne que bon nombre de ces gens n’ont pas d’enfants pour les appuyer à mesure qu’ils vieillissent, et que les soins de longue durée sont particulièrement préoccupants. En fait, une récente étude (en anglais seulement) a révélé que moins de la moitié des aînés de la communauté LGBTQ+ de la région d’Ottawa estiment qu’ils seraient acceptés par un village-retraite ou les résidents et le personnel d’un établissement de soins.

« Bon nombre d’aînés ont eu une vie baignant dans une atmosphère de peur, dit Brian. Ce sentiment ne disparaîtra jamais. »

En tant que formateur bénévole pour le Réseau Fierté des aîné(e)s d’Ottawa, programme financé par Centraide, Brian aide à créer des environnements sécuritaires pour les aînés LGBTQ+. Il le fait en formant les fournisseurs de soins à être avertis et sensibles aux besoins de la communauté LGBTQ+.

« Il est très important que les aînés de la communauté LGBTQ+ soient tout d’abord vus, puis traités dans la dignité et le respect » dit-il.

Photo credit to University of Western Ontario.

Chemin vers la fierté amasse des fonds pour des programmes clés de la région qui soutiennent les enfants, les familles et les personnes âgées de la communauté LGBTQ+. Les fonds financeront les programmes du projet Ten Oaks, de Service à la famille Ottawa et du Réseau fierté des aîné(e)s d’Ottawa.

CATÉGORIES
DERNIÈRE MISE À JOUR

Partagez

Partager sur facebook
Share
Partager sur twitter
Tweet
Partager sur linkedin
Post
Partager sur email
Email

Histoires semblables

Penelope affirme qu’en grandissant, elle ne s’est jamais sentie comme un garçon. Aujourd’hui, elle exprime sa véritable identité grâce à un projet local spécial.
Charlie et Warner sont de meilleures amies. Ensemble, elles défendent les droits des personnes LGBTQ+ et s’expriment sur ce que c’est d’être transgenre.

M’abonner au bulletin d’information

Ce site est protégé par reCAPTCHA. Les modalités et la Politique de confidentialité de Google s’appliquent.