Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« Égayer leur journée » : Isaac aide d’autres jeunes en s’appuyant sur ses épreuves

< 1 MIN READ

Faits saillants de l'histoire :

  • Isaac partage une connaissance de première main en tant qu’intervenant de rue chez Opération rentrer au foyer, à Ottawa, grâce à son expérience avec la dépression, la consommation de substances et les séjours dans des refuges. Son travail consiste à aider les jeunes en difficulté, aux prises avec l’itinérance ou la dépendance, en leur indiquant où ils peuvent trouver du soutien. 
     
  • Pour les partenaires de Centraide, comme Opération rentrer au foyer, cela signifie embaucher du personnel ayant une expérience vécue, comme Isaac, et ainsi créer des ressources adaptées aux traumatismes pour prendre en charge le personnel adéquatement, en prévenant l’épuisement et en l’autonomisant pour qu’il se sente compétent et soutenu dans son travail. 
     
  • Centraide croit qu’il est important d’agir tôt auprès des jeunes, que ce soit en aidant les enfants avant leur rentrée scolaire par l’entremise de programmes qui améliorent le développement de la petite enfance; en leur fournissant les outils nécessaires dont ils ont besoin pour rester à l’école et pour obtenir leur diplôme; en rejoignant les jeunes là où ils en sont pour prévenir l’itinérance chronique; ou en dirigeant des initiatives comme le projet répa, qui offre un accès à des ressources de rétablissement, d’éducation, de prévention et d’appui en matière de consommation de substances aux jeunes et à leurs familles.
Isaac a lui-même été un jeune confronté à des problèmes de consommation de substances. 

À l’adolescence, Isaac a souffert de problèmes de santé mentale. Pendant un certain temps, il a séjourné dans un refuge pour jeunes hommes d’Ottawa. C’était une période difficile pour lui, étant l’un des plus jeunes à être là. Confronté à la dépression, il s’est tourné vers les substances pour faire face à la douleur. Lorsque la pandémie a frappé, les défis auxquels il était confronté ont augmenté, et ses luttes sont devenues encore plus difficiles. 

Isaac n’est pas le seul : le nombre de jeunes à Ottawa signalant une santé mentale médiocre ou passable a doublé entre 2019 et 2021. En 2020, 91 % des fournisseurs de services de première ligne servant les jeunes sans-abri ont signalé une augmentation importante des sentiments d’isolement et de solitude chez les jeunes. Bon nombre d’entre eux se sont tournés vers les drogues et l’alcool. 

Heureusement, Isaac disposait d’un système de soutien suffisant pour obtenir de l’aide. Aujourd’hui, il utilise son expérience et ses connaissances pour aider les autres. 

Isaac travaille en première ligne en tant qu’intervenant de rue chez Opération rentrer au foyer. Son équipe parcourt les quartiers d’Ottawa à la recherche de jeunes vulnérables ou isolés. Les membres de l’équipe apportent des sacs à dos et des chariots remplis de nourriture, d’eau, de chaussettes, de chaussures et d’autres articles de base, et aiguillent les jeunes en difficulté, confrontés à l’itinérance ou à la dépendance vers les endroits où ils peuvent trouver du soutien. Lorsqu’il ne sillonne pas les rues, Isaac travaille au centre d’accueil, où les jeunes peuvent venir pour des repas et en apprendre davantage sur les programmes de counseling, d’emploi et d’éducation. 

Il est important de rejoindre les jeunes là où ils sont, de leur faire savoir que de l’aide est disponible. 

Accompagner les personnes ayant vécu des expériences personnelles

John Heckbert, directeur administratif chez Opération rentrer au foyer, reconnaît l’importance d’avoir des jeunes, comme Isaac, qui interagissent avec les jeunes à risque.

L’expérience d’Isaac renforce non seulement la confiance des jeunes, mais elle aide également l’organisation à comprendre les défis auxquels la clientèle fait face lorsqu’elle tente d’obtenir l’aide dont elle a besoin.

« Les personnes ayant une expérience vécue ont non seulement la possibilité de travailler avec les jeunes que nous aidons, mais elles exercent aussi un réel contrôle et prennent des décisions concernant la conception et la mise en œuvre des programmes. »

Créer un lien avec les jeunes

Lorsqu’Isaac rencontre des jeunes dans la rue, il peut se mettre à leur place. Cela peut faire une différence énorme pour ceux qui ont vécu des situations où la confiance envers les autres a été rompue. Certains jeunes peuvent quitter des familles abusives, des foyers d’accueil ou faire face à des traumatismes liés à leur pays d’origine, et ce, sans soutien essentiel. Un lien avec une personne digne de confiance est nécessaire pour les aider à trouver un logement stable et accéder à des occasions d’emploi et à des ressources en matière de santé. 

« La différence entre toi et beaucoup de personnes dans ces situations est liée à des choses sur lesquelles tu n'as personnellement aucun contrôle, et que d'autres ne peuvent contrôler, déclare Isaac. Ils ont les mêmes besoins, les mêmes désirs. Ils ont tous des rêves, ils ont tous une vie qu'ils ont vécue. Les personnes qui utilisent nos services viennent d'un monde pas si différent du mien. »

Le personnel, comme Isaac, apporte une connaissance de première main précieuse qui ne le rend pas insensible à l’impact émotionnel ou au traumatisme des jeunes qui ont vécu une situation similaire à la leur. 

Bien que l’empathie et la compréhension soient des atouts, elles peuvent aussi rendre Isaac vulnérable. 
John est conscient de cela : « En tant que supérieur hiérarchique, il vous incombe de bien prendre soin du personnel. 

Si ces gens ont vécu des expériences traumatisantes, ils peuvent se sentir encore plus mal lorsqu’ils sont confrontés à ces souvenirs au nom de quelqu’un d’autre, ajoute-t-il. Cela peut peser sur eux et les affecter émotionnellement. » 
 
Opération rentrer au foyer augmente durablement sa capacité à soutenir le personnel ayant une expérience vécue en élaborant un guide à l’intention des gestionnaires. Cette ressource sera partagée avec d’autres agences communautaires de sorte que d’autres puissent tirer profit de nos apprentissages pendant le processus de création. 

Limiter les préjudices

Selon les résultats du Sondage sur la consommation de drogues et la santé des élèves (SCDSEO) de 2021 de Santé publique Ottawa, la consommation de drogues débute tôt pour de nombreux jeunes. Les élèves de la 7e et la 8e année étaient tout aussi susceptibles de signaler une consommation d’opioïdes à des fins non médicales que ceux de la 9e à la 12e année (10 %). 

« Plus c’est dangereux, plus les gens peuvent se blesser, devenir handicapés, voire mourir. Si ces choses se produisent, il n’est pas possible de changer », explique Isaac.  

C’est pourquoi Centraide croit en l’importance d’agir tôt auprès des jeunes, que ce soit en soutenant les enfants avant leur rentrée scolaire par l’entremise de programmes qui améliorent le développement de la petite enfance, en leur fournissant les outils nécessaires pour rester à l’école et obtenir leur diplôme, en rejoignant les jeunes là où ils en sont pour prévenir l’itinérance chronique, ou en dirigeant des initiatives telles que le projet répa, qui offre aux jeunes et à leurs familles un accès à des ressources de rétablissement, d’éducation, de prévention et d’appui en matière de consommation de substances. 

« Nous nous concentrons sur les jeunes qui font face à des problèmes considérables en matière de consommation de substances. Certains d’entre eux affrontent des problèmes de dépendance ou des défis en matière de santé mentale plutôt sérieux, et ils reconnaissent qu’ils veulent réduire leur consommation ou changer leur situation de vie», dit John.

« Lorsque nous collaborons avec un groupe comme le projet répa, nous pouvons bénéficier d'une expertise que nous ne pourrions pas obtenir autrement. »

Renforcement des services communautaires

La demande en services sociaux continue de croître dans toute notre région à mesure que nous émergeons de ce que, nous espérons, est le point culminant de la pandémie. De nombreuses personnes se tournent vers un secteur communautaire déjà fragilisé, qui continue de faire face à d’importants défis tels que les pénuries de main-d’œuvre, l’augmentation de l’inflation et des coûts opérationnels, ce qui pousse le personnel et les bénévoles à bout. 

Le soutien continu d’âmes charitables et de partenaires gouvernementaux nous permet de saisir les occasions d’innovation et de transformation qui se sont présentées pendant la pandémie. Ceci permettra de renforcer la résilience du secteur des services communautaires pour les années à venir, et Centraide est parfaitement positionné pour diriger cet effort. 

Travailler en solitaire n’est pas une option. Notre travail est fondé sur les principes de collaboration, de partenariats et d’innovation, comme cela a toujours été le cas avant même le début de la pandémie, pour répondre aux besoins les plus importants et avoir l’effet le plus palpable pour les personnes qui ont le plus besoin de notre aide. 
 
Isaac partage cette idée : « Nous formons une seule et même communauté. En soutenant ceux qui se trouvent au bas de l’échelle, ceux qui ont le plus besoin de voir leurs besoins fondamentaux satisfaits, nous pouvons élever l’ensemble de la communauté. » 

Aidez les jeunes qui sont confrontés à des problèmes d’itinérance, d’abus de substances et de santé mentale
CATÉGORIES
DERNIÈRE MISE À JOUR

Partagez

Share
Tweet
Post
Email

Histoires semblables

Après le décès soudain de sa conjointe, Jessica a pu obtenir du counseling en santé mentale à faible coût, subventionné par Centraide. Cette resource lui a permis de gérer son deuil, en personne et en ligne.

M’abonner au bulletin d’information

Obtenez des histoires de réussite directement dans votre boîte de réception! Demeurez à l’affût de l’effet positif de Centraide et de son actualité en vous inscrivant à notre bulletin d’information mensuel.

Ce site est protégé par reCAPTCHA. Les modalités et la Politique de confidentialité de Google s’appliquent.