Menu

Guider les résidents dans le comté de Renfrew en deuil

4 MIN READ

Lorsque la fille de Julie a commencé à souffrir de troubles de santé mentale en 2011, Julie dit qu’elle ne comprenait pas — en tant que parent, elle se sentait très seule.

Lors d’un moment de confusion et de crise, elle dit avoir lu une annonce dans un journal qui l’a guidée vers un service très utile : Robbie Dean Family Counselling Centre (RDFCC)

Julie n’avait aucune idée que c’était le début d’une belle relation avec le centre. Le service est devenu un havre qui l’a tout d’abord aidé avec sa fille; un endroit où elle pouvait soutenir ses pairs et puis en 2018, un endroit sûr où elle est retournée pour trouver du soutien lorsque son fils aîné s’est suicidé.

« Quand ton enfant est en crise, tu es en crise. Toute la famille est en crise. »

Conçu dans le but de fournir un endroit sûr où les gens peuvent avoir recours à des programmes qui les aideront tout au long de leur parcours vers le bien-être, le RDFCC offre du soutien gratuit en matière de santé mentale aux résidents du comté de Renfrew.

Avec l’aide de Centraide de l’Est de l’Ontario, le personnel du centre s’assure que les clients reçoivent les services dont ils ont besoin et qu’ils méritent, dit la directrice générale Monique Yashinskie. Centraide et ses donateurs nous ont appuyés en nous permettant d’ajouter un programme spécialisé en situation de deuil et de perte à RDFCC.  

 « Centraide a aidé et continue d’aider le centre Robbie Dean à être un endroit où les personnes et les familles reçoivent les outils pour gérer leur santé mentale et peut-être même commencer à entrevoir de l’espoir là où ils n’en voyaient plus, » dit-elle.

La prise de contact est la première étape

Après être entrée en contact avec le personnel du centre alors que l’état de la santé mentale de sa fille empirait, Julie affirme qu’elle a commencé à comprendre ce que sa fille et elle vivaient. En collaboration avec Monique, Julie a entrepris de coanimer un groupe de soutien par les pairs pour d’autres parents ayant des enfants aux prises avec des troubles de santé mentale.

 « Les personnes que je rencontrais au centre m’ont permis de grandir avec eux, dit Julie. Ils m’ont donné la chance d’être entendu. Ils ont donné un sens aux choses qui, pour moi, n’avaient aucun sens. »

Au début, Julie dit qu’elle voyageait jusqu’à Ottawa pour accéder aux services de Parents : Lignes de secours de l’est de l’Ontario (PLEO), un organisme de soutien familial qui n’offrait alors pas de service dans le comté de Renfrew. Pour cette raison, elle et Monique ont décidé de suivre la formation du PLEO pour ensuite offrir ce service à RDFCC. Elle a animé le programme jusqu’à l’hiver 2018.

Une famille en crise

Alors que la santé mentale de sa fille s’améliorait, Julie dit qu’elle commençait à s’inquiéter de son fils aîné.

 « Il commençait à se comporter de manière inhabituelle et étrange. Je savais qu’il pourrait se suicider. Quelques-uns de ses amis ont ressenti la même chose, dit-elle. J’ai consulté un conseiller avant sa mort pour m’aider à comprendre, à savoir comment réagir et quel langage adopter pour essayer de le sauver. »

En avril 2018, le fils de Julie s’est suicidé.

 « Je me sentais très perplexe et anéantie, alors je suis retournée au centre Robbie Dean, » dit-elle en ajoutant que son mari l’a accompagné.

A photo of Julie looking off-camera

Au moment de la mort de son fils, Julie dit que dans le comté de Renfrew il n’y avait pas de groupe pour les parents en deuil ayant perdu un enfant par suicide. En l’espace d’une semaine, un groupe de parents dans cette situation a été formé à RDFCC.

« Le soutien le plus important du RDFCC est leur volonté de combler les lacunes ou les manques, dit-elle, nous n’avions pas de ressources ici pour les parents avant l’arrivée du centre Robbie Dean. »

Pour décrire le pouvoir des services auxquels elle a eu recours, Julie évoque une grande rivière séparant la santé mentale d’une personne et le rétablissement.

 « La santé mentale est d’un côté de la rivière et puis il y a de la quiétude et un nouveau normal de l’autre côté, dit-elle. Le centre Robbie Dean ne cesse de lancer des cailloux dans la rivière pour nous aider à la traverser. »

En septembre 2019, Julie dit qu’elle coanimera un groupe pour les personnes en situation de deuil toutes les deux semaines pour un total de 12 séances.

Avancer ensemble

« Ce centre signifie tout. Il signifie qu’on n’est pas seul. Il m’a aidé à comprendre des choses que je ne comprenais pas avant, dit-elle en ajoutant que le centre est un endroit sûr, libre de tout jugement où chacun peut partager ses émotions — la puissance d’un groupe. »

Le père de Julie a aussi trouvé les services du RDFCC utiles. Il a été le premier à trouver la fille de son ami morte par suicide, dit-elle.

« Lorsque cela s’est produit, mon père s’est aussi senti très confus et incapable de gérer ce qui venait de lui arriver, dit-elle. Je me souviens lui avoir dit, avant de le ramener à la maison ce soir-là : “Papa, nous allons visiter le centre Robbie Dean. Tu ne peux pas gérer ça tout seul”. »

Pour l’avenir, Julie dit qu’elle souhaite que les bons médicaments, accompagnés de meilleurs outils de diagnostic plus rapide et de services de consultation aideront à réduire le nombre de morts par suicide. « Il est important de savoir qu’il existe des programmes pour nous aider, ajoute-t-elle et de savoir que c’est correct de demander de l’aide. »

Le fait de recevoir du soutien de la part d’une communauté touchée par des expériences semblables fait toute la différence sur le chemin du rétablissement et de la compréhension.

 « C’est un endroit où l’on peut aller et réaliser que ce n’est pas que notre famille, ce n’est pas que moi; nous sommes plusieurs à vivre la même chose, dit-elle. Nous sommes plus forts en groupe. Nous sommes plus fort ensemble. »

CATÉGORIES
DERNIÈRE MISE À JOUR

Partagez

Partager sur facebook
Share
Partager sur twitter
Tweet
Partager sur linkedin
Post
Partager sur email
Email

Histoires semblables

Voyez comment un partenaire de Centraide a aidé Myke à devenir un père plus sûr de lui.

M’abonner au bulletin d’information

Ce site est protégé par reCAPTCHA. Les modalités et la Politique de confidentialité de Google s’appliquent.