Lieu sûr en situation de crise

4 MIN READ

La présente vidéo a été filmée en janvier 2020, avant le début de la COVID-19. La pandémie a eu de petites et de grosses répercussions sur les programmes communautaires; ceux-ci pourraient être différents à l’heure actuelle. Voici un exemple de la façon dont Centraide collabore avec des partenaires communautaires pour faire toute une différence au long de l’année, peu importe les défis auxquels nos communautés font face.

Sara* et ses jeunes enfants se sont retrouvés à la Maison Interval du comté de Lanark (LCIH), seuls et effrayés, après avoir quitté le foyer familial où régnait la violence. 

Isolée et incertaine vers qui se tourner, Sara a été accueillie à bras ouverts par les membres du personnel, et ce, jusqu’à ce qu’elle puisse se remettre sur pied.

La LCIH permet aux femmes qui échappent à des situations de violence d’avoir un endroit sécuritaire où aller pour obtenir le soutien dont elles ont besoin. Les services comprennent une ligne d’écoute téléphonique en tout temps, du counseling individuel et de groupe, ainsi que divers autres services de soutien pour aider ces survivantes à retrouver leur autonomie.

Sara a trouvé un lieu sûr dans le cadre du programme de maisons de deuxième étape de la Maison Interval. Ce chez-soi lui permet de surmonter les défis auxquels elle fait face en raison de l’abus qu’elle a subi.

« Nous savons que nous sommes en sécurité à la Maison Interval; Rien ne peut y entrer ou sortir. »

Sara

Lorsque les survivantes ont été victimes d’actes de violence de la part de leur partenaire, elles ont souvent plus peur de quitter que de faire face à cette violence à la maison. Le manque de logements abordables dans le comté de Lanark empêche également les femmes de quitter, car elles ne peuvent pas se payer un loyer.

Le programme de maisons de deuxième étape vise à éliminer les obstacles auxquels les femmes font face pour s’assurer qu’elles et leur famille puissent se rétablir et prendre un nouveau départ sans souci financier. Sara n’avait aucun choix : elle devait quitter pour offrir un meilleur avenir à ses enfants.

« La mission et le mandat de la Maison Interval du comté de Lanark est de mettre fin à la violence contre les femmes et les filles, »

Erin Lee, directrice générale de la Maison Interval du comté de Lanark

Défis inattendus

Lorsque la COVID-19 a fait surface dans notre région et dans le cadre de sa planification de la sécurité, Erin et son équipe savaient qu’ils devaient être sensibles aux besoins de chaque client et s’y adapter. Le personnel de la Maison Interval et d’autres agences de première ligne appuyant les survivants d’actes de violence familiale ont constaté une hausse de la demande des services pendant la pandémie.

Plusieurs femmes n’ont pas eu le choix de rester chez elles, avec leur agresseur, lorsque les autorités de santé publique ont exigé que les gens demeurent chez eux au mois de mars dernier. Sans interaction sociale quotidienne, comme déposer les enfants à l’école ou faire l’épicerie, de nombreuses femmes n’ont pu aviser leur réseau des dangers qu’elles affrontent.

En effet, plusieurs souffrent en silence, d’autres demandent de l’aide en situation d’urgence : le nombre d’appels reçus par la Maison Interval a connu une hausse de 75 % en avril 2020, comparativement à l’année précédente.

Main charitable

Grâce à un partenariat continu avec Centraide, la Maison Interval est en mesure de garder les portes de son programme de maisons de deuxième étape ouvertes pendant la pandémie. Grâce à des mesures préventives, comme l’éloignement physique et l’équipement de protection individuelle, des femmes comme Sara savaient qu’elles avaient un endroit sécuritaire où aller. 

La Maison Interval a dû adapter ses programmes pour surmonter les contraintes de la pandémie. Toutefois, Erin dit que le soutien de Centraide était « un immense soulagement de stress pour eux ». En prolongeant la période de financement et en aidant les agences à évoluer en fonction de leurs circonstances, Centraide permet d’offrir des services communautaires stables lorsque tant de choses demeurent incertaines.

« Je pense que mes enfants sont plus heureux. Ils n’ont plus aussi peur de voir leur mère blessée. »

— Sara

À l’aide du groupe de discussion en réaction à la COVID-19 géré par Centraide, la Maison Interval a été en mesure de communiquer avec d’autres agences de première ligne pour discuter des occasions, des défis et des solutions du secteur pour l’ensemble de l’est de l’Ontario. Ils ont notamment étudier les façons de trouver de la technologie, comme des téléphones cellulaires et des tablettes par l’entremise du partenariat entre Centraide et Ruckify, ainsi que d’une subvention d’Elles Centraide, pour éliminer les obstacles en matière de connectivité sans fil de nombreux clients résidant en milieu rural.

Réponse locale aux enjeux locaux

Centraide comprend l’importance de laisser les organisations locales de choisir leurs solutions aux enjeux communautaires. Erin, quant à elle, souligne l’importance des ressources essentielles en milieu rural, de sorte que les survivants n’aient pas à se déplacer très loin, quitter leurs réseaux ou laisser leur mode de vie derrière eux.

Peu importe quand ces survivants seront prêts à obtenir de l’aide, Centraide et la Maison Interval du comté de Lanark s’assureront que les femmes ayant besoin d’aide aient un endroit où aller pour l’obtenir. D’autres défis feront face au cours des prochains mois; Erin et son équipe sont heureux d’aider leur communauté en cette situation sans précédent.

Leur objectif futur?

« Essayer de trouver un équilibre entre apaisement et sécurité tout en assurant la santé et la sécurité des autres. »

— Erin Lee

*Les noms ont été modifiés par souci d’anonymat.

CATÉGORIES
DERNIÈRE MISE À JOUR

Partagez

Partager sur facebook
Share
Partager sur twitter
Tweet
Partager sur linkedin
Post
Partager sur email
Email

Histoires semblables

La façon dont nous faisons face à la chaleur a changé depuis l’arrivée de la COVID-19, fini le temps où l’on pouvait accéder facilement à la piscine communautaire ou passer nos journées à la plage. N’ayant nulle part où aller pour se rafraîchir lorsque les ventilateurs ne suffisent pas, comment les communautés vulnérables font-elles face à la chaleur de cet été?

M’abonner au bulletin d’information

Ce site est protégé par reCAPTCHA. Les modalités et la Politique de confidentialité de Google s’appliquent.

Aidez les plus vulnérables à mesure que nous prévenons la propagation de la COVID-19.