Le pouvoir de l’amitié pendant la pandémie

« La COVID engouffre les gens, particulièrement les personnes âgées qui vivent seules. »

— Alma

Par : Hayley Robateau

En octobre dernier, soit sept mois après le début de la pandémie, j’ai eu le privilège de discuter avec Alma par téléphone.

Cette dame de 97 ans, légalement aveugle et habituellement très active au sein de sa communauté, vivait seule. Elle m’a expliqué à quel point la pandémie a miné sa vie en la confinant à la maison.

C’était une entrevue remplie d’émotions.

J’ai eu le privilège, à titre de représentante de Centraide de l’Est de l’Ontario, de rencontrer plusieurs personnes qui, grâce au soutien de leur communauté, ont pu surmonter d’importants obstacles. Mon objectif est de partager de telles histoires pour faire entendre leur voix et pour aider les gens à comprendre les défis les plus importants auxquels nos communautés doivent faire face. Je veux vous dire qu’ensemble, nous pouvons faire toute une différence dans la vie des gens de nos communautés.

Trop de choses sont incertaines pendant cette pandémie; parler directement avec des aînés isolés nous rappelle néanmoins à quel point la pandémie exacerbe bon nombre de défis aux racines profondes auxquels ces gens font déjà face, et augmente les inégalités.

Il faut toutefois savoir une chose : les gens ne sont pas uniquement condamnés à l’isolement qu’en pleine pandémie.

Le mari d’Alma, Wylie, est décédé en 2019. Lorsqu’il était vivant, il participait à un programme social par téléphone chaque semaine qui lui permettait de cultiver de l’amitié avec d’autres personnes âgées. Lorsque de nombreux programmes de jour pour personnes âgées ont fermé leurs portes en raison de la COVID-19 et que l’on avisait la communauté de garder ses distances des personnes à risque, Alma savait qu’elle devait participer à ce programme pour continuer de consolider des liens avec d’autres gens.

« C’est si bien d’entendre différentes voix et de parler avec d’autres gens lorsque nous sommes si isolés. » — Alma

Il y a plusieurs années, The Good Companions Seniors’ Centre a lancé un programme social gratuit, offert par téléphone, intitulé Seniors’ Centre Without Walls (SCWW). Les appelants participent à des séminaires de bien-être et de santé, des conférences éducatives, du divertissement musical et des groupes de conversation avec les autres. Lorsque la COVID-19 s’est abattue sur nos communautés, l’équipe de Centraide de l’Est de l’Ontario savait que les personnes âgées vulnérables seraient parmi les plus durement touchées, car plusieurs vivent seules et nécessitent des services à domicile et du transport pour leurs rendez-vous. En outre, Centraide savait que plusieurs se fient aux programmes de jour en personne pour interagir avec d’autres.

C’est pourquoi Centraide a rapidement communiqué avec The Good Companions : pour s’assurer qu’aucune personne âgée n’est laissée pour compte. Au début de la pandémie, nous avons améliorer les services offerts dans le cadre du programme SCWW pour aider encore plus de gens dans les communautés de Prescott et Russell, d’Ottawa, ainsi que des comtés de Lanark et de Renfrew.

Grâce au Fonds d’urgence pour l’appui communautaire et au programme Nouveaux Horizons pour les aînés du gouvernement du Canada, nous aidons le centre Good Companions à offrir le programme Seniors’ Centre Without Walls dans diverses langues. Cela permet d’agrandir sa portée et d’aider encore plus de gens dans le besoin.

« Centraide était là, dès le premier jour; il continue de l’être, en faisant le point avec nous, en aidant la communauté à obtenir les ressources dont elle a besoin et en s’assurant que nous sommes financièrement stables en cette période sans précédent. » — Monique Doolittle-Romas, directrice générale, The Good Companions

Connexion essentielle au monde extérieur

« Depuis le début de la pandémie, ma vie est très difficile. La seule connexion que je peux avoir avec le monde extérieur, c’est par téléphone. Quand le téléphone sonne, ça égaie mes journées; je ne fais pas que regarder les aiguilles de l’horloge. »

— Alma

Quand j’ai discuté avec Alma, elle nous disait, à Rachel Sutcliffe (The Good Companions) et à moi, qu’elle ne pouvait plus apprécier plusieurs des activités auxquelles les autres s’adonnent à la maison pendant la COVID-19 à cause de sa déficience visuelle. Elle n’avait pas d’ordinateur, elle ne pouvait pas lire, et elle ne pouvait pas non plus regarder la télévision. Le programme SCWW était (et continue d’être) une bouée de sauvetage pour Alma et des douzaines d’autres personnes âgées comme elle; il leur permet de consolider des liens avec d’autres personnes, notamment lorsque leur vie quotidienne est si difficile.

Rachel, coordonnatrice du programme SCWW, a dit qu’Alma n’était pas la seule à vivre une telle expérience.

« Plusieurs de nos participants vivent depuis longtemps ce que le reste de la planète a vécu en 2020, avec l’arrivée de la COVID-19 : isolement et incertitude. Ce sont des choses qui affectent notre bien-être, surtout parce que les relations en personne font partie intégrante de notre santé, » affirme-t-elle.

À l’écoute des personnes âgées, peu importe où elles se trouvent

Depuis le début de la pandémie, le soutien des personnes âgées est une priorité pour Centraide. En effet, les personnes âgées représentent l’une des communautés les plus vulnérables de notre région, et ce, bien avant la COVID-19. C’est pourquoi nous faisons en sorte que les personnes âgées isolées obtiennent l’aide dont elles ont besoin.

« Le programme est très utile en ce moment. Nos clients ont plus que jamais besoin de trouver de nouvelles façons novatrices d’explorer le monde qui les entourent tout en leur permettant de demeurer en santé et en sécurité à la maison. J’aime entendre rires et anecdotes qui découlent de l’amitié que nous avons cultivée avec les aînés par téléphone. »

— Rachel Sutcliffe

Alma m’avait confié qu’à 97 ans, elle n’en n’avait plus pour long. Alma est décédée paisiblement et à sa façon en novembre, quelques semaines après notre discussion.

Alma avait exprimé, lors de notre discussion, qu’il était important de partager son expérience. En se faisant, d’autres personnes âgées prendraient connaissance du SCWW : « Je suis vraiment contente d’avoir pu partager mon histoire. »

« Elle a laissé un bel héritage en faisant cette entrevue, » mentionne Rachel.

« Le Seniors’ Centre Without Walls, c’est fantastique, dit Alma. C’est de l’or en barre. »

—Alma

Aidez les personnes âgées vulnérables de nos communautés.

CATÉGORIES
DERNIÈRE MISE À JOUR

Partagez

Partager sur facebook
Share
Partager sur twitter
Tweet
Partager sur linkedin
Post
Partager sur email
Email

Histoires semblables

M’abonner au bulletin d’information

Obtenez des histoires de réussite directement dans votre boîte de réception! Demeurez à l’affût de l’effet positif de Centraide et de son actualité en vous inscrivant à notre bulletin d’information mensuel.

Ce site est protégé par reCAPTCHA. Les modalités et la Politique de confidentialité de Google s’appliquent.