Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les récipiendaires du Prix de bâtisseuses et bâtisseurs communautaires de l’année abordent la violence fondée sur le genre

Chaque semaine, en Ontario, une femme, un enfant, une femme trans, une personne bispirituelle ou une personne qui ne se conforme pas aux normes de genre est tuée par un homme. 

Chaque mois, les chiffres continuent de grimper et un nouveau seuil alarmant est franchi.   

Les organisations et les leaders qui font face à ces conditions difficiles travaillent sans relâche, non seulement pour sortir les femmes et les personnes aux diverses identités de genre de la crise et les protéger contre la violence, mais aussi pour les aider à rebâtir leur vie. Ensemble, ils mobilisent nos communautés afin de mettre un terme aux conditions qui alimentent la violence fondée sur le genre. 

Le 9 novembre dernier, nous avons décerné notre plus haute distinction, le Prix bâtisseuses et bâtisseurs communautaires de l’année, aux organisations suivantes en 2023 : 

Nous nous sommes rassemblés à l’enclave, située dans le parc Minto, au centre-ville d’Ottawa, en mémoire et en l’hommage de toutes les femmes abusées et tuées par des hommes. Nous y avons imaginé un monde sans violence, où les femmes sont respectées et libres, et exprimé notre gratitude envers les organisations en première ligne qui luttent contre la violence fondée sur le genre dans nos communautés. 

Prenez le temps d’écouter les personnes qui représentent ces organisations parler de l’importance de recevoir ce prix, surtout dans un contexte de difficultés croissantes à surmonter. 

« Le niveau de violence augmente. » 

Le Prix de bâtisseuses et bâtisseurs communautaires de l’année de Centraide de l’Est de l’Ontario rassemble notre secteur et nos partenaires pour célébrer le travail remarquable que les gens accomplissent pour venir en aide à certaines des personnes les plus vulnérables de notre région.     

Toutefois, cette année, et peut-être plus qu’auparavant, ce prix devient un appel à la réflexion, voire un appel à l’action, dans une situation de crise que nous ne devons plus tolérer. 

Depuis novembre 2022, 55 femmes, enfants, personnes bispirituelles, personnes aux diverses identités de genre et femmes trans ont été assassinés par un homme en Ontario. 

« Nous remarquons, lorsque nous pensons à la violence fondée sur le genre, qu’il ne s'agit pas uniquement de la violence immédiate que subit une personne, mais aussi de la présence des systèmes de soutien profondément fragmentés qui affectent l’accès aux services. »

Alors que les crises du logement et du sans-abrisme empirent, il devient de plus en plus compliqué d’échapper à la violence. Les refuges, qui sont à capacité, ont dû refuser l’accès à des centaines de personnes à Ottawa; les lignes d’écoute dans les communautés de Prescott et Russell ont reçu plus de 10 000 appels l’année dernière; et le service de police d’Ottawa a même signalé une augmentation de 10% des cas de violence entre partenaires intimes ayant entraîné des accusations en 2022. Il est important de noter que cela ne traduit pas toute la situation, car de nombreux incidents passent sous silence, ne donnent pas lieu à des accusations, ou n’aboutissent pas à des condamnations. 

Nos bâtisseuses et bâtisseurs communautaires de l’année sont en première ligne et s’efforcent de mettre fin à la violence.  

« Le problème, ce sont les ressources. Le problème, c’est l’accès aux logements abordables et sécuritaires. Donc, je peux bien me dire que je suis prête à partir, mais où vais-je aller? De nos jours, cela va au-delà de la planification de sécurité. C’est à propos de vous garder en vie jusqu’à ce que nous puissions vous sortir de là. »

Sauver des vies et influencer le discours 

Chaque jour, nos bâtisseuses et bâtisseurs communautaires de l’année sauvent des personnes de situations de crise et de violence, en leur proposant un logement sûr, en les mettant en relation avec des services juridiques et en les accompagnant dans leur parcours professionnel et éducatif. Avant tout, ils sauvent des vies, en espérant que les personnes survivantes entameront de nouveaux chemins pour elles-mêmes et leurs familles, loin de la violence.   

Les récipiendaires du Prix de bâtisseuses et bâtisseurs communautaires de l’année unissent leurs forces pour plaider en faveur de ressources auprès des décideurs politiques. Celles-ci permettront de lutter contre la violence fondée sur le genre et de s’attaquer à ses causes profondes. Ensemble, ils prennent l’initiative de l’engagement local dans l’enquête du coroner sur le décès de Nathalie Warmerdam, de Carol Culleton et d’Anastasia Kuzyk; contribuent aux 86 recommandations visant à prévenir de futurs incidents de violence entre partenaires intimes dans les communautés rurales; mènent des campagnes de prévention pour éduquer la communauté sur la violence dans les relations et faire la promotion d’alternatives saines; et bien plus encore.

Ensemble, ces personnes et leurs organisations inspirent le gouvernement, les organismes et les membres de la communauté à agir de concert. Ils accomplissent ce travail depuis des décennies — un des membres de nos récipiendaires est sur le point de prendre sa retraite — et pourtant, ils savent que nous ne pouvons pas nous contenter des progrès réalisés jusqu’à présent. Un autre membre de nos récipiendaires n’est en poste que depuis quelques mois et cherche à anticiper la manière dont nous allons progresser. 

Nous savons que les femmes et les personnes aux diverses identités de genre derrière Fin à la violence faite aux femmes du comté de Renfrew, la Lanark County Interval House and Community Support, la Coalition d’Ottawa contre la violence faite aux femmes et la Coalition de Prescott-Russell pour éliminer la violence faite aux femmes sont, à juste titre, fatiguées. 

Nous savons également qu’il nous reste beaucoup à faire et nous sommes conscients que de plus en plus de personnes se sentent comprises et à l’aise de demander de l’aide grâce à ces organisations qui sensibilisent les gens à l’ampleur de la violence fondée sur le genre.  

En discutant de ce problème, encore et encore, puis en mettant en lumière les ressources, nous rendons la recherche d’aide plus accessible pour les femmes, les personnes aux diverses identités de genre et leurs familles, en cas de besoin. 

« Je pense donc qu’il est important pour Centraide de reconnaître que nous faisons cela tous les jours, que nous sommes sur le terrain et que nous faisons un travail difficile. L’organisme apprécie que soutenions les femmes, que nous les gardions en vie et que nous faisions de votre mieux avec ce que nous avons. Cela représente beaucoup de savoir que notre contribution est valorisée de cette manière. »

Un engagement solidaire venant de toute notre région

Les députées Marie-France Lalonde et Lisa Hepfner (qui est la secrétaire parlementaire de la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et de la Jeunesse) se sont unies pour exprimer leur engagement et leur solidarité au nom du gouvernement fédéral. Jane Torrance, conseillère d’Almonte à Mississippi Mills, et Sawsan Al-Refaei, directrice par intérim de l’équité entre les sexes et les races, de l’inclusion, des relations avec les autochtones et du développement social pour la Ville d’Ottawa, étaient également présentes pour témoigner de leur soutien envers les mesures prises pour lutter contre la violence fondée sur le genre dans toute notre région.  

En soirée, un repas spécial de reconnaissance a eu lieu au Coconut Lagoon (Joe Thottungal en est propriétaire), pour honorer les récipiendaires, leurs hotes et leurs allié·es. Le tout a été rendu possible grâce à Accenture, un partenaire de longue date d’Elles Centraide de l’Est de l’Ontario.

Accenture s’est joint à nous en 2021 en tant que commanditaire principal de notre initiative Elles Centraide, moment où il s’est engagé à faire une différence pour les femmes au Canada. Merci, Accenture, de veiller au bien-être des femmes et des personnes aux diverses identités de genre de nos communautés. 

Relever les défis, obtenir des résultats 

À Centraide, nous plaidons en faveur du renforcement des capacités du secteur des services sociaux afin de pouvoir faire face aux défis systémiques, d’identifier des ressources et des services de soutien, ainsi que d’investir et d’appuyer les femmes et les personnes aux diverses identités de genre dans nos communautés. 

En collaboration avec nos partenaires, nous pouvons : 

  • favoriser l’accès aux services de soutien et de counseling communautaires exhaustifs, intégrés et adaptés sur le plan culturel pour les personnes en situation de crise, y compris les personnes qui survivent à une situation de violence fondée sur le genre; 
  • allouer des ressources aux logements de deuxième étape et aux programmes de soutien fondés sur le genre tant en milieu rural qu’urbain;    
  • accroître la connectivité numérique des services de soutien et des programmes pour les femmes et les personnes aux diverses identités de genre qui fuient la violence, afin qu’elles puissent élaborer un plan en toute sécurité et confidentialité pour s’échapper de situations de violence;    
  • encourager le public donateur à se mobiliser autour d’initiatives telles qu’Elles Centraide‌, qui favorisent une compréhension plus approfondie et une connexion avec les problèmes auxquels les femmes de notre communauté sont confrontées grâce à des possibilités d’engagement uniques, de bénévolat, de défense d’intérêts et de leadership en matière de philanthropie;   
  • utiliser notre voix pour amplifier celle des autres en garantissant que le public et les décideurs comprennent pleinement l’ampleur croissante de la violence fondée sur le genre et ce qu’ils peuvent faire pour y mettre fin.   

« Le moment présent et la crise actuelle demandent notre attention, notre engagement et notre disposition au changement. Nous sommes profondément reconnaissants du travail accompli par nos bâtisseuses et bâtisseurs communautaires de l'année pour créer des communautés plus saines, plus sûres et prospères pour toute la population. »

« Tous les genres sont affectés par la violence et ont un rôle à jouer dans la solution. Chacun a son expertise, qu’il en soit conscient ou non, et chaque voix est précieuse. »

Découvrez notre programme de bâtisseuses et bâtisseurs communautaires.
*Cette personne ne s’identifie ni au genre masculin ni au genre féminin. Centraide a utilisé des procédés exploratoires, comme les néologismes, même s’ils ne sont pas reconnus par les ouvrages de référence. 
CATÉGORIES
DERNIÈRE MISE À JOUR

Partagez

Share
Tweet
Post
Email

Histoires semblables

M’abonner au bulletin d’information

Obtenez des histoires de réussite directement dans votre boîte de réception! Demeurez à l’affût de l’effet positif de Centraide et de son actualité en vous inscrivant à notre bulletin d’information mensuel.

Ce site est protégé par reCAPTCHA. Les modalités et la Politique de confidentialité de Google s’appliquent.