Menu

Une bouée pour les aînés et leur aidant naturel

3 MIN READ
Barbara et Bill sont mariés depuis 62 ans.  

Au cours des dernières années, leur capacité à prendre soin d’eux-mêmes a diminué. Bill souffre de démence vasculaire, ce qui l’empêche d’exécuter les tâches qu’il accomplissait quand il était en meilleure santé. La fille de Barbara et Bill, Heather, a accepté de devenir leur aidante naturelle et elle gère la plus grande partie de leurs vies quotidiennes.

« Mon rôle en tant qu’aidante naturelle englobe plusieurs aspects. Je les aide à se déplacer, je les conduis à leurs rendez-vous, je les aide avec leurs transactions bancaires, leurs courses et la préparation de leurs repas — en réalité, je les aide avec tout ce qui leur permet de vivre de manière indépendante chez eux. »

— Heather, fille de Barbara et Bill et aidante naturelle

Tous les mercredis, Barbara et Bill participent à un programme social local qui les stimule mentalement, les garde actifs physiquement et leur permet de garder le contact avec d’autres personnes âgées. Grâce à ce programme, Heather a une journée par semaine durant laquelle elle n’a pas à s’inquiéter.

Activez le sous-titrage pour la version française

La situation de Barbara, Bill et Heather n’est pas unique en son genre.

Les recherches réalisées par Centraide révèlent que près de 3,3 millions de résidents de l’Ontario fournissaient du soutien à un membre de la famille, à un(e) ami(e) ou à un(e) voisin(e) en 2012. Près du tiers des aidants naturels disaient prendre soin de personnes ayant des problèmes liés au vieillissement.

Cette période de la vie peut être extrêmement difficile pour plusieurs — mais, avec le soutien d’une communauté, il est possible d’offrir des services essentiels qui aident les personnes âgées à conserver leur indépendance, leur vie sociale et au final, leur santé — plus longtemps.

Barbara et Bill ont déménagé à Ottawa après avoir pris leur retraite pour être plus près de leur famille. Ce déménagement signifiait devoir recréer leur cercle social à partir de zéro. Sans un réseau d’amis, ils étaient de moins en moins actifs au sein de la communauté.

Maintenant qu’ils fréquentent le centre pour personnes âgées the Good Companions, un partenaire de Centraide, Barbara et Bill ont un groupe d’amis et ont accès à des activités sociales et récréatives régulières.

Les aidants naturels : une partie essentielle du système de soutien pour les aînés

Heather sait que les programmes communautaires pour les personnes âgées ne sont pas seulement essentiels à la santé et à l’indépendance de ses parents, mais aussi à son propre bien-être. Heather a commencé à prendre soin de ses parents peu de temps après avoir pris sa retraite et elle apprécie le temps qu’elle a pour elle-même.

« Lorsque maman et papa fréquentent le centre Good Companions, j’ai une journée de libre chaque semaine pour faire autre chose, puisque je sais qu’on prendra bien soin d’eux. »

— Heather
La démence est une maladie particulièrement exigeante pour les aidants naturels.

Selon la Société Alzheimer de l’Ontario, les aidants naturels de membres de famille atteints de démence prodiguent 75 % plus de soins que les autres et connaissent une hausse des niveaux de stress de 20 %. Ces conclusions ont des conséquences importantes pour l’avenir, puisque le nombre de personnes souffrant de démence au Canada fera presque doubler d’ici 2031.

Photo gracieuseté de LoveOttawa

Un engagement envers des solutions communautaires

Centraide de l’est de l’Ontario, qui travaille avec les communautés de Prescott et Russell, du comté de Lanark et du comté de Renfrew, s’engage dans la recherche et l’évaluation inhérentes à l’investissement intelligent dans un réseau solide de programmes sociaux, récréatifs et de soutien entre pairs. Ensemble, avec le soutien de nos donateurs, nous pouvons améliorer la santé et le bien-être des personnes âgées et de leurs aidants naturels.

« Ce programme est inestimable pour notre communauté parce qu’il y a un bon nombre de personnes, comme maman et papa, qui ont besoin d’aide, qui ont besoin de socialiser et de faire partie d’une communauté, ce qu’ils n’auraient pas nécessairement s’ils restaient chez eux. »

— Heather
CATÉGORIES
DERNIÈRE MISE À JOUR

Partagez

Partager sur facebook
Share
Partager sur twitter
Tweet
Partager sur linkedin
Post
Partager sur email
Email

Histoires semblables

M’abonner au bulletin d’information

Ce site est protégé par reCAPTCHA. Les modalités et la Politique de confidentialité de Google s’appliquent.