Menu

Une pause bien méritée pour les aidants naturels âgés

3 MIN READ

Gerry et Barbara ont été mariés pendant 61 ans.

« Elle était une personne très active et mobile, » dit Gerry. Lorsque la démence de Barbara est devenue un fardeau trop lourd pour lui seul, il a dû se rallier derrière une communauté.

Gerry avait envie d’une communauté qui comprenait les nouveaux défis auxquels il se butait, d’une communauté qui ressentait de la compassion pour la douleur qu’il ressentait à mesure qu’il était confronté à cette nouvelle réalité, et d’une communauté qui pourrait l’éduquer, l’habiliter et lui donner un sentiment de sécurité dans un monde qui lui était inconnu.

C’est à ce moment qu’il a découvert le groupe de soutien pour aidants naturels du Rural Ottawa South Support Services (ROSSS). Cette rencontre mensuelle de deux heures, rendue possible par les donateurs à Centraide, offre aux aidants naturels un endroit sécuritaire dans lequel ils peuvent partager leurs expériences et discuter de défis communs. Ce programme aide les participants à améliorer leur altruisme, tant envers les autres qu’eux-mêmes.

« La plus grande valeur de ce programme est le soulagement que je ressens lorsque je quitte la salle après avoir entendu le conférencier de la journée et après avoir discuté avec les autres participants. »

Même si Barbara est décédée depuis quelques années, le groupe de soutien demeure un moment précieux de la routine mensuelle de Gerry; il se réjouit à l’idée d’aider les autres au moyen des connaissances qu’il a acquises.

« Même si ma femme est partie, elle est toujours dans mon cœur, » s’exclame-t-il.

S’occuper d’une personne qui a des problèmes de santé, tant physique que mentale, peut être accablant, épuisant et même isolant.

Selon le rapport Profil des personnes âgées vulnérables dans la région d’Ottawa de Centraide Ottawa, publié en 2017, on présume qu’en 2012, près de 3,3 millions de résidents ontariens aident un membre de leur famille, un ami ou un voisin. Près du tiers des aidants naturels disaient prendre soin de personnes ayant des problèmes liés au vieillissement.

Les personnes âgées qui prodiguent des soins à d’autres membres de la famille peuvent être particulièrement vulnérables, puisqu’elles doivent souvent gérer leurs propres problèmes de santé en même temps. Par conséquent, la situation d’une personne âgée qui vient en aide à un être cher souffrant de démence, comme dans le cas de Gerry, s’intensifie.

La démence est une maladie particulièrement exigeante pour les aidants naturels.

Selon la Société Alzheimer de l’Ontario, les aidants naturels de familles atteintes de démence prodiguent 75 % plus de soins que les autres et connaissent une hausse des niveaux de stress de près de 20 %. Ces conclusions ont des conséquences importantes pour l’avenir, puisque le nombre de personnes souffrant de démence au Canada fera presque doubler d’ici 2031.

Personnes âgées vulnérables en région rurale.

Centraide Ottawa s’attend également à ce que le nombre de personnes âgées augmente de façon considérable dans les milieux ruraux limitrophes d’Ottawa. Ainsi, les défis que nous rencontrons s’intensifieront.

En 2011, les personnes âgées représentaient 12,3 % de la population rurale totale d’Ottawa. Toutefois, nous prévoyons que la population de personnes âgées vivant en milieu rural connaîtra un taux de croissance estimé à 183 % entre 2011 et 2021 comparativement à la population de personnes âgées générale.

De telles connaissances sont essentielles : connaître l’emplacement actuel et futur des personnes âgées vulnérables et des aidants naturels joue un rôle important dans les décisions de financement et permet à Centraide de respecter sa promesse, soit d’investir les ressources là où le besoin se fait ressentir le plus et où elles auront l’effet le plus palpable.

« La présence de programmes de soutien pour aidants naturels est très importante, car ils ont une belle petite pause pendant leur journée, explique Leeanne Van der Burgt, gestionnaire des communications, de la portée, des bénévoles et des aidants naturels au ROSSS. Plus que tout, ces programmes leur donnent l’occasion de discuter avec d’autres personnes qui comprennent réellement ce qu’ils vivent. »

Nous sommes une communauté et ensemble, nous avons toutes les cartes en main.

Pour se préparer à la vulnérabilité d’une population qui vieillit rapidement, il fait que tous les acteurs majeurs, soit gouvernement, bailleurs de fonds et partenaires de prestation de services, agissent dans un cadre de travail commun en vue d’appuyer la planification communautaire.

Ensemble, nous avons l’occasion de développer une réponse intégrée qui fera en sorte que les aidants naturels, plus particulièrement les personnes âgées, soient bien soutenus dans leur rôle essentiel. Nous devons offrir l’accès aux programmes de soutien pour aidants naturels, comme ceux du ROSSS, aux personnes qui en dépendent; c’est de cette façon que les donateurs à Centraide aident les personnes âgées les plus vulnérables de notre ville.

CATÉGORIES
DERNIÈRE MISE À JOUR

Partagez

Partager sur facebook
Share
Partager sur twitter
Tweet
Partager sur linkedin
Post
Partager sur email
Email

Histoires semblables

M’abonner au bulletin d’information

Ce site est protégé par reCAPTCHA. Les modalités et la Politique de confidentialité de Google s’appliquent.